Grigny - La ville qui bouge
Accueil > La ville et vous > Finances et Commande publique > Entretien avec Bernard Chipier adjoint aux Finances >

Entretien avec Bernard Chipier adjoint aux Finances

Pouvons-nous parler de ce budget 2019 ?
C'est celui des réalisations ! Après l'année de la réorganisation, l'année des économies, l'année des réparations... nous pouvons enfin concrétiser nos projets de mandat.

Nous avons su restaurer notre capacité d'investissement, nous permettant ainsi de réaliser des projets majeurs et importants pour les Grignerots.
La jeunesse profitera dès la rentrée scolaire des nouveaux bâtiments des écoles Marie-Curie et Joliot-Curie. Le dernier coup de pinceau sera donné quelques mois plus tard au pôle Enfance Robert Malfroy où les plus jeunes bénéficieront d'une crèche, d'un centre de loisirs et d'un restaurant municipal. Le Centre Chervet se verra également réhabilité pour pouvoir accueillir tous ses visiteurs dans de bonnes conditions. Les sportifs ne seront pas oubliés avec le lancement d'une étude pour les vestiaires des terrains de football et la création d'un "street work out" dans le quartier prioritaire du Vallon.  
Pourquoi tous ces projets maintenant ?
Car nous avons dégagé les moyens financiers nécessaires à cela et reparé les dossiers. Notre bonne gestion depuis 2014 nous permet également de le faire sans avoir recours à l'emprunt pour l'ensemble de ces projets.
Nous sommes fiers de pouvoir faire grandir et avancer notre ville sans la mettre en danger financièrement. C'est nouveau !
Et le financement ?
Nous nous appliquons une rigueur pour chaque investissement en réfléchissant toutes les dépenses. Pouvons-nous obtenir des subventions de nos partenaires locaux, régionaux ou nationaux ? Est-il possible de mutualiser certains services pour diminuer les coûts tout en améliorant leur qualité ? Avons-nous des marges de manœuvre sur ce contrat et pouvons-nous le renégocier ? Ce sont aujourd'hui des automatismes et une discipline qui nous ont permis en 5 ans de faire des économies visibles.
Pouvez-nous donner des exemples ?
À notre arrivée, il n'y avait aucune démarche formalisée en matière de marchés publics. Hors, au-delà de l'obligation légale qui n'était pas respectée, ce principe permet d'obtenir le meilleur prix pour une prestation demandée en mettant les offres en concurrence.
Pour vous citer quelques exemples, ce sont 20 000€ /an qui ont été économisés sur les photocopieurs utilisés par la ville tout en ne changeant pas les habitudes de travail et en améliorant la qualité de la prestation. Concernant les assurances, ce ne sont pas moins de 40 000€/an qui ont pu être épargnés en réalisant un marché public.
Et nous allons poursuivre sur cette voie.